Vous êtes ici

Députés de la diaspora : L'Administration de la DSE APR France dénonce les manoeuvres antidémocratiques de l'opposition
Actualité de la Diaspora
24 janvier 2017

Diaspora sénégalaise à l'Assemblée nationale. L'Administrateur de la DSE APR France, déconcerté, raille l'obturation politique de l'opposition et estime qu'elle n'est pas à la hauteur des évènements.
L'Antithèse regroupée au sein de «Mankoo wattu» veut faire annuler les 15 députés de la Diaspora ! C'est abracadabrant et comminatoire ! Verrouillage, obstruction, palissade. Tout y passe : contrecarrer et combattre, allant même jusqu'à déposer un recours devant le Conseil constitutionnel, pour l'annulation de la loi organique largement adoptée par l'Assemblée nationale, pour dénoncer l'octroi de 15 sièges de députés des Sénégalais de la Diaspora, à seule fin et dans son esprit que cette «catégorie de compatriotes de l 'Etranger qu'elle considère vraisemblablement, comme des citoyens entièrement à part, ne puissent disposer autant de représentants au sein de l'hémicycle. C'est invraisemblable et pourtant vrai !...Qui l'eût imaginé?

La question essentielle qu'il importe de se poser est celle-ci : Pourquoi le nombre de quinze députés attribués aux Sénégalais de l'Extérieur, pour siéger à l'Assemblée nationale, pose autant de problème au groupe parlementaire des députés de l'opposition? Je déplore au plus haut point cet acte de pourvoi posé, d'une excessivité spoliée, pour l'annulation de la loi organique sur la représentativité des Sénégalais de la diaspora au Parlement. C'est une tentative d'occlusion politique, une altération de l'offre d'une contradiction, sans clairvoyance qui, par aveuglement, cherche à vouloir fragmenter les Sénégalais de l'Intérieur aux Sénégalais de l'Extérieur. Sachant pertinemment que leur recours n'a aucune chance d'aboutir en leur faveur, ce distinctif groupe d e députés, désappointés, dans un communiqué laconique, «annoncent avoir entamé un bras de fer judiciaire avec la mouvance présidentielle, pour forcer la main à Macky Sall à organiser des élections démocratiques et transparentes devant aboutir à son départ, après la présidentielle de 2019»...Il est toujours permis de rêver ! Puisqu'il est interdit d'interdire. C'est judicieusement recommandé car le rêve serait le propre de l'homme.

Les Sénégalais bien inspirés de cette quinzième région, traditionnellement appelés la diaspora sénégalaise, sont des électeurs et avant tout des citoyens à part entière, comme le sont autant les autres Sénégalais des quatorze autres régions de notre si cher Sénégal. Aucune dissemblance ne peut être faite, car ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Les Sénégalais de la diaspora, tous continents confondus, doivent certainement tomber de haut, d'avoir appris à travers les médias que lors du débat à l'Assemblée nationale sur le nouveau code é lectoral, qui prévoyait entre autres, l'augmentation du nombre de députés de 150 à 165, dont 15 dédiés à la diaspora sénégalaise, l'Opposition s'y est objectée avec un tel courroux qu'on avait peine à la reconnaître. En une seule journée, c'est panique à bord ! Instantanément le masque de cette Antithèse que, pourtant, les Sénégalais de l'Extérieur, observaient, malgré leurs altérités politiques, avec estime et respect, est tombé si bas. Puisqu'elle vient de nous révéler, en cette circonstance exceptionnelle, ses sentiments dissimulés à l'endroit des Sénégalais de la diaspora, et par voie de conséquence, sa véritable nature.

Mon fidèle et vaillant compagnon de lutte Ndaw Fall m'a, dans sa brillante contribution, encore ravi à telle enseigne qu'il m'incombe de vous livrer une partie de sa réflexion : «Quoi de plus honorable et juste que d'accorder à une vaillante catégorie de citoyens, trois millions de Sénégalais de l'Extérieur qui, chaque année déversent dans l'économie s énégalaise 900 milliards de Francs CFA, presque le tiers du budget national et plus que l'aide au développement, une représentation à l'Assemblée nationale, le chantre, le symbole même de toute démocratie ? N'ont-ils pas le droit d'exister politiquement ? Quelle autre catégorie de citoyens sénégalais peut prétendre faire beaucoup mieux ? Rares sont les familles sénégalaises qui ne comptent sur un membre de la Diaspora pour vivre. Et il va sans dire que sans l'apport, l'attention et le patriotisme de ces vaillants Sénégalais de l'Extérieur, le peuple serait descendu dans la rue, pour réclamer le pain ou la mort. Il est profondément regrettable d'entendre l'opposition crier à hue et à dia sur l'augmentation du nombre des députés à l'Assemblée nationale, et pour seul argument, l'augmentation des charges dans le budget national. Ne dit-on pas que la Démocratie a un coût. Entendons-nous bien sur ce que l'on veut pour la Société sénégalaise, car on ne peut pas vouloir une chose et son con traire. Sommes-nous à la recherche d'une société sénégalaise démocratique, juste et équitable, où tous les citoyens ont les mêmes droits et devoirs ? Si oui, alors l'Opposition dans sa dimension doit cesser de nous tympaniser, faute de programme politique et de projets de société à proposer aux Sénégalais.

La Délégation des Sénégalais de l'Extérieur APR/France, très honorée se joint à moi, pour exprimer ses chaleureuses et patriotiques félicitations aux vénérables parlementaires qui ont accompli un labeur remarquable, autorisant l'adoption de lois importantes pour la consolidation et le réconfort de notre cultivée et instruite démocratie. En conséquence, la Structure de la DSE de France savoure pleinement le vote de l'Assemblée nationale, qui consacre l'élection de 15 députés issus de la diaspora lors des prochaines législatives de juillet 2017et qui, par la même circonstance, créé huit (8) départements électoraux hors du territoire national...

Personne n'a énonc é, afin de réfuter l'analyse de Me El-Hadj Diouf, que la diaspora ne fait pas partie intégrante du peuple sénégalais inséparable et indivisible; d'où le besoin inéluctable d'avoir des plénipotentiaires pour les représenter à l'Assemblée nationale. Ultime stratégie d'une Opposition à bout de souffle qui a, depuis sa cuisante défaite en 2012, perdu toutes les élections auxquelles elle pensait se refaire une santé politique. L'aveuglement conduit comme toujours à l'illusion ! Illusion mortifère pour une Opposition qui sortira, une fois de plus, en lambeaux de cet emballement sans queue ni tête. Car après avoir «fait barrage» au choix judicieux du Président de la République d'attribuer la possibilité à la diaspora sénégalaise dans le monde, d'élire ses quinze représentants à l'Assemblée nationale, que fera-t-elle si elle est battue à plate couture aux prochaines législatives de juillet 2017 ? Dans quel sens cette Antithèse Castor construira-t-elle son barrage cette fois?

Son Excellence Monsieur Cheickh Sadibou DIALLO
Conseiller Spécial du Président de l'APR
Administrateur de la DSE APR France

 

Espace presse

Dernier tweet

Bulletin d'information

Abonnez-vous pour recevoir les nouvelles des Républicains